En 2007, l’USPO avait évalué les coûts cachés de gestion du tiers-payant entre 12 000 et 24 000 euros par officine et par an. Au-delà des considérations politiques et sociales, la généralisation du TP est un arbitrage coûts/avantages pour une entreprise devant organiser une gestion pointilleuse décrite dans cette étude.

ENQUETE COUTS DU TIERS-PAYANT : résultats et débats

Vous trouverez ci-joint les résultats et principaux débats de l’enquête relative aux coûts « cachés » du tiers payant en pharmacie dont le questionnaire avait été diffusé par l’Info-USPO 2007-87.
Nous tenons à remercier les pharmaciens nous ayant répondu (134 réponses) malgré le temps nécessaire beaucoup plus long que les précédentes enquêtes menées par l’USPO.

I- Résultats de l’enquête
Les résultats ci-après sont classés en quatre rubriques comme dans le modèle transmis aux pharmaciens (Info-USPO 2007-87) :
1) Frais informatiques
2) Frais de personnel dédiés au tiers-payant
3) Impayés Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et Assurance Maladie Complémentaire (AMC)
4) Indemnisations AMO & AMC (en positif)
Pour en faciliter l’interprétation, l’USPO avait demandé aux pharmaciens uniquement des données quantifiables avec des indicateurs homogènes rappelés en bas du tableau.

Voir le tableau du coût annuel moyen de gestion du tiers payant en pharmacie : téléchargez l’étude USPO

Ce tableau appelle les cinq précisions et commentaires suivants :

Les coûts ci-dessus sont minimisés avec des éléments non quantifiés ou sous valorisés pour les raisons suivantes.

N’ont pas été pris en compte car leur mesure aurait demandé des recherches complexes aux pharmaciens :
– L’impact du tiers payant sur les capacités et le renouvellement du parc informatique ;
– le tri des ordonnances, travail fastidieux qui pourrait disparaître dans le cadre de la scannérisation des ordonnances (voir Info-USPO n°2007-124) et dont l’évaluation des coûts nécessite une étude complémentaire ;
– l’impact sur la trésorerie de l’allongement des délais de paiement particulièrement longs (MFP, ENIM …) ;
– enfin et surtout, la valorisation du temps de travail est effectuée avec un salaire de préparateur, ce qui ne correspond pas toujours à la réalité décrite par les pharmaciens (voir ci-après).

Les coûts de personnel représentent la majorité des coûts cachés dédiés au tiers payant.

Les coûts de personnel s’établissent à :
– 63 % des coûts totaux (du total 1+2+3) en valorisant le temps de travail avec un coefficient
260 de préparateur ;
– 80 % avec le coefficient 600 de pharmacien assistant.
Le « reste à charge » (1+2+3-4) serait même quasiment doublé (23 823 € à la place de 12 526 €)
avec l’utilisation d’un salaire de pharmacien assistant, ce qui correspond à une réalité dans 36,4 %
des pharmacies (voir plus bas).

Les coûts cachés du tiers payant sont très majoritairement induits par les échanges avec
l’Assurance Maladie Complémentaire

Les engagements signés avec l’Assurance Maladie ont normalisé les procédures avec les régimes signataires (CNAMTS, MSA, RSI) par un meilleur respect de la garantie de paiement, par exemple lors de la mutation d’assurés entre caisses. D’autres points (garantie de paiement des AT « premiers soins », dégradé hors département) devraient être rapidement solutionnés. D’autres sont en cours de négociation comme la mise en place d’une procédure de paiement automatique en cas d’incident généralisé ou l’harmonisation des libellés des retours.
Le projet le plus porteur de simplification administrative est celui de la scannérisation des ordonnances par la constitution de lots d’images dématérialisées liés aux lots. L’USPO a enclenché cette négociation à l’UNCAM que nous souhaitons voir aboutir au plus vite (voir Info-USPO 2007-124).

 Coût annuel moyen de gestion du tiers payant en pharmacie : téléchargez l’étude USPO

Source : https://uspo.fr/tiers-payant-quels-couts-pour-les-officines/